La courbe de température

Courbe de température pour un suivi de l'ovulation

Fonctionnement de la courbe de température

La courbe de température est également un moyen simple et efficace de constater une ovulation, même c’est une méthode de détection « à postériori ». Sous l’effet de la progestérone qui est sécrétée immédiatement après l’ovulation, la température basale va augmenter. Chez certaine femmes, cette température augmente rapidement, alors que chez d’autres elle augmente plus lentement (3-4jours avant d’atteindre le plateau haut). Ce qui est important c’est de bien déceler ces deux plateaux qui se différencient généralement au minimum de 0.3C°. Les valeurs s’apprécient de manière très fine et un thermomètre ultra précis peut être nécessaire.

Le jour de l’ovulation est défini au jour le plus bas de la courbe, c’est pour cette raison que l’on parle d’une détection « à postériori » puisqu’on ne sait qu’une fois la température remontée que l’ovulation est passée. Cette méthode permet néanmoins de vérifier que l’ovulation a bien eu lieu, et de connaître la longueur de la phase lutéale (période entre l’ovulation et le dernier jour du cycle).

Créer une courbe de température

Créer sa courbe de température nécessite beaucoup de rigueur puisque nous recherchons des variations infimes. A ce titre, il ne faut pas que le corps soit influencé par des paramètres extérieurs. Ainsi il est nécessaire de prendre sa température :

  • En rectal (je sais, ce n’est pas glamour!) Toutefois, il vaut mieux s’abstenir que de la prendre autrement, sous risque de grosses imprécisions générant de grosses erreurs
  • Toujours à la même heure. Ceci exclu malheureusement les femmes qui travaillent en équipe (de jour, de nuit). Ceci implique également de mettre son réveil les jours de repos, quitte à se rendormir après
  • Avant d’avoir posé un pied par terre, et donc dans son lit en position allongée… Parce que oui, le thermomètre doit être placé dans la table de nuit si vous ne voulez pas avoir à demander à monsieur d’aller vous le chercher… Parce qu’une température prise une fois le pied posé par terre est invalide). Ceci peut signifier également d’attendre un petit peu que ça soit l’heure avant d’aller aux toilettes…. Bon je vous le concède, ça n’est pas à 30 minutes près non plus

Attention les nuits agitées (ou vous avez beaucoup bougé), courtes (votre température n’ayant pas le temps de revenir à son niveau basal) ou caniculaires peuvent également fausser votre courbe

Attention également, l’absorption d’alcool (un verre suffit). L’alcool fera également monter votre température dans une proportion très variable en fonction selon votre métabolisme.

Je vous recommande un thermomètre qui bip (pour ne pas faire durer le supplice de la prise de température) ; de cette manière vous savez immédiatement que la mesure est prise. Si en plus le thermomètre est rétro-éclairé, cela vous évitera d’allumer la lumière si vous voulez rester encore un peu au lit.

Quelques petites astuces pour vous simplifier les choses

Maintenant que je vous ai fait peur avec la rigueur nécessaire à la construction d’une courbe de température, sachez quand même que si votre cycle est à peu près régulier, lorsque vous aurez détecté le laps de temps pendant lequel votre ovulation survient, il vous suffira par la suite de ne viser que cette période, qui peut s’étaler sur une semaine  chaque mois. Vous saurez également à quoi correspond votre température en phase lutéale, donc même sur une prise unique vous pourrez vous repérer dans votre cycle. Vous pourrez également déterminer si la longueur de votre phase lutéale est suffisante : lorsqu’elle est inférieure à 10jours, elle risque de ne pas être suffisante pour permettre à un éventuel embryon de se nider. N’hésitez pas à nous contacter pour que nous vous aidions à trouver des solutions !

Attention par contre, chaque femme a un métabolisme qui lui est propre. Certaines constaterons une température de 36.5 en phase lutéale quand d’autre se situeront au-delà de 37.  Il n’y a pas de normes et cela n’a aucune incidence sur votre fertilité !

Les rapports les plus efficaces pour obtenir une grossesse

Dans le but d’obtenir une grossesse, il est conseillé d’avoir des rapports la veille et le jour de l’ovulation. Pendant le reste du cycle, il vaut mieux éviter d’avoir des rapports :

  • Trop fréquents pour ne pas épuiser les réserves de Monsieur,
  • Trop rares pour stimuler la spermatogenèse.

Il est d’usage de recommander la fréquence d’un rapport tous les 3 à 5 jours au cours du cycle. Cependant si vous n’avez pas de soucis de fertilité, l’idéal est simplement d’écouter vos envies ! Pour plus d’information côté spermatogénèse, vous pouvez consulter l’article qui s’y réfère sur le présent blog.

Fiabilité de la courbe de température

Attention, néanmoins, certains cycles peuvent ne pas présenter un profil ovulatoire (deux plateaux bien distincts) malgré une ovulation. Les études oscillent sur une occurrence de ce phénomène dans 15 à 20% des cas.

Que pensez-vous de cet article ?
Si vous voulez que nous puissions continuer à publier des articles indépendants, n'hésitez pas à partager !