Petit traité sur les tests d’ovulation urinaires et le pic de LH

Suivi de l'évolution de la LH avec des tests d'ovulation urinaires bandelette mesurant la LHbandelette

Et bien me revoilà ! Ce coup-ci je vous propose un petit topo sur les tests d’ovulation urinaires parce que vous êtes nombreuses à vous poser plein de questions. C’est parti !

Commençons par le commencement. Les tests d’ovulation urinaires sont constitués d’un réactif qui valide ou non la présence d’une hormone qui s’appelle l’Hormone Lutéinisante (LH pour les intimes). La LH est sécrétée par une petite glande située dans le cerveau lorsque celle-ci repère la présence d’un follicule mature. A ce propos, je vous renvoie vers les articles « petit tour des hormones de la fertilité en 90 secondes » et « tout sur l’ovulation »)

L’INTÉRÊT DE MESURER LA LH AVEC DES TESTS D’OVULATION URINAIRES

La LH est une hormone sécrétée de manière pulsatile ce qui fait que la mesure peut varier d’une heure à l’autre dans le sang. Nous savons que le résultat dans les urines est moins fluctuant puisque la concentration dans les urines est globalement plus stable. Malgré tout les deux valeurs sont cohérentes entre elles une fois la valeur sérique (dans le sang) corrigée de ses fluctuations. Pour la culture, il peut être intéressant de noter que la LH va apparaitre dans le sang maximum 2h avant de n’apparaître dans les urines et donc sur les tests d’ovulation, ce qui n’est pas gênant en soit.  

Le « PIC » de LH du point de vue des tests d’ovulation

On a coutume de parler de « Pic » de LH. En réalité, les études qui mesurent quotidiennement la LH sur un même cycle montrent des augmentations et des valeurs de LH, tout à fait différentes selon les femmes. 

  • Certaines peuvent présenter un pic furtif (augmentation et descente du pic le jour suivant). Tant que le pic ne dure pas moins de 24h, un test tous les jours suffit amplement (les cas de pics inférieurs à 24h représentent moins de 5% des femmes ; si vous n’arrivez pas à détecter votre ovulation avec des tests d’ovulation toutes les 24h, il se peut que vous soyez dans ce cas et que vous ayez besoin de tester 2 fois par jour. Les études démontrent qu’un test toutes les 12h permettent de détecter le pic dans 100% des cas de pics très court, mais chez une grande majorité des femmes, un test par jour suffit amplement. 
  • D’autres femmes ont une LH qui augmente doucement et qui redescend doucement également, voire une LH qui s’élève, reste élevée quelques jours, puis redescend. Votre métabolisme peut mettre une semaine à éliminer la LH. Ainsi la seconde barre qui apparaît sur votre test d’ovulation peut apparaître plusieurs jours. Ce n’est pas grave. Il est en réalité parfaitement inutile de poursuivre les tests d’ovulation au delà du 1er test positif. Nous ne recherchons ni la concentration la plus élevée de votre LH, ni le temps que votre métabolisme met à éliminer la LH. Nous cherchons uniquement le 1er test d’ovulation positif du cycle. Les suivants n’ont aucune importance.

Dans les deux cas, ceci n’a pas d’incidence sur la fertilité ! 

Par contre si votre LH est élevée en permanence (et vos tests d’ovulation positifs plus de 11 jours consécutifs), il peut être pertinent de consulter votre médecin.

Dans ce cas quand privilégier les rapports? Parce qu’avec un pic à rallonge… pas simple !

Le premier test d’ovulation positif du cycle est celui qui fait foi. Lorsque vous avez votre premier test vraiment positif de votre cycle, il est inutile de poursuivre les tests d’ovulation : que le pic dure 1 jour ou une semaine ne changera rien à la date de l’ovulation. Notez bien que nous recherchons le 1er positif, donc un positif obtenu le lendemain d’un négatif.

Il est coutume de dire que l’ovulation se produit dans les 48h qui suivent le premier test positif. Mais soyons un peu plus précis. Les études démontrent qu’environ :

  • 35% des femmes ovulent dans les 24h qui suivent le premier test positif
  • 60% des femmes ovulent entre 24 et 48h après le premier test positif. 
  • Les 5% restants sont malheureusement représentés par la question suivante… 

Chez une même femme, le délai entre le premier test positif et le moment exact de l’ovulation est assez standard. Si vous souhaitez connaître précisément votre délai à vous, vous pouvez réaliser une courbe de température le premier mois d’utilisation des tests d’ovulation. Ceci vous permettra de le savoir pour vos cycles suivants (sans poursuivre les courbes!).

Il faut néanmoins relativiser un petit peu sur le timing. N’oubliez pas malgré tout :

  • Qu’un ovocyte va vivre 12 à 24h une fois libéré de son follicule
  • Qu’un spermatozoïde vit généralement entre 2 et 5j dans l’utérus.

Ca leur laisse du temps pour se rencontrer et se séduire, même si nous ripons légèrement sur le timing!

Peut-on avoir un pic de LH sans ovulation et malgré des cycles réguliers?

Oui ceci est tout à fait possible malheureusement, même si cela est rare (autour de 5% des cas selon les différentes études). Pour vérifier que vous ovulez, vous pouvez coupler pendant un mois ou deux une courbe de température (voire l’article correspondant) à l’utilisation de vos tests pour vous en assurer. 

Les tests d’ovulation urinaires incluant 2 hormones sont-ils plus précis ? 

Et non pas forcément ! D’abord parce que le pic de la seconde hormone recherchée (l’oestradiol) n’est pas systématique. Ensuite parce que le pic d’oestradiol sur a généralement bien lieu avant le pic de LH, mais dans plus de 30% des cas (ça n’est pas négligeable) il apparaît pendant le pic voire après le pic. Il n’est donc pas plus évident de s’appuyer sur l’analyse des deux hormones. 

A quoi sert la barre de contrôle ? 

La barre de contrôle des tests d’ovulation sert juste à vérifier que l’urine est bien remontée par capillarité (et donc que le réactif test apposé « avant » le réactif « contrôle » a bien été exposé à l’urine). Si la barre contrôle ne se positive pas, c’est que vous n’avez pas laissé votre test 10 secondes dans l’urine… Ou bien que vous avez préféré faire pipi dessus plutôt que de le plonger dans un récipient d’urine 🙂

Que signifie qu’une barre test plus claire que la barre de contrôle ? Il serait plus simple que la barre test n’apparaisse qu’au moment du pic ! 

Effectivement ce serait plus simple de ne pas avoir à comparer la barre de test et la barre de contrôle. 

Lorsque j’ai choisi le réactif de mes tests d’ovulation, j’ai sélectionné un test qui se positive, c’est à dire qu’il devient très foncé (au moins aussi foncé que la barre de contrôle) à 25ui. Or l’amplitude des pics de LH est très variable selon les femmes.

  • Certaines femmes atteignent plus de 100 mIU/mg Cr
  • D’autres ne dépassent pas 13mIU/mg Cr.
  • Et d’autres encore ont des taux de LH toujours un peu élevés.

De ce fait le choix du réactif nécessite de faire certains choix pour qu’il fonctionne chez un maximum de femmes. Les femmes dont le pic est de faible amplitude et celles dont la valeur de base est déjà élevée. 

Y a-t-il des personnes qui ne peuvent pas utiliser ces tests ?

Compte tenu du paragraphe précédent, malheureusement oui : 

  • Certains désordres hormonaux (insuffisance ovarienne déjà bien avancée, ovaires polykystiques etc…)
  • Les femmes (rares) dont l’amplitude de la LH n’atteint jamais les 25ui
  • Les femmes qui ont eu une grossesse récente (y compris une grossesse tristement arrêtée). 

Pourquoi cette ségrégation avec les femmes qui ont vécu une grossesse récemment ? Rdv à la question suivante…

Est-il vrai que les tests d’ovulation sont positifs en cas de début de grossesse ?

Absolument ! La LH et les HCG ont une structure très proche. Elles ont une sous-unité Alpha commune qui fait qu’une les hormones de grossesse vont positiver le test. Rassurez-vous, la sous-unité testée dans les tests de grossesse est propre à la grossesse. Un test de grossesse ne se positive pas avec un pic de LH, heureusement !!). 

Mais dans ce cas, vous allez me dire qu’une fois les BHCG retombés à 0 à la prise de sang, il n’y a plus de risques que le test d’ovulation soit perturbé … Et bien si ! Les hormones de grossesse, peuvent rester plusieurs mois dans la vessie, apparaissant lors de certaines mictions, mais pas de toutes ; C’est assez perturbant… C’est pour cette raison que j’insiste toujours pour que les femmes ayant accouché il y a moins de 6 mois choisissent des tests de grossesse non précoces. Un test précoce détectera toutes les molécules de BHCG… C’est ce qu’on lui demande, d’être sensible ! Pour plus d’informations sur la BHCG, c’est par ici !

Dans ce cas comment faire ?

Des techniques, certes plus contraignantes pour certaines, mais aussi efficaces sont à votre disposition :

  • Apprendre à interpréter sa glaire cervicale
  • Réaliser une courbe de température (surtout pour savoir si l’ovulation est déjà passée)
  • L’analyse du col (bon pour les expertes, mais le risque bactérien étant ce qu’il est je ne suis pas fan).

Vous retrouverez toutes ces techniques précisément décrites dans l’article « Tout sur l’ovulation »

Comment être sûr que le test est positif ?

  • Il faut absolument que les deux barres soient au moins aussi foncées l’une que l’autre. La barre test doit être plus foncée que la barre de contrôle. 
  • Ceci doit se produire entre 5 et 8 minutes après avoir plongé le test dans l’urine. 
  • Lorsque le test est positif, la barre de test peut apparaître avant même que l’urine soit remontée jusqu’à la barre de contrôle !

Si ces conditions ne sont pas remplies le test est alors négatif

Lecture des tests d'ovulation urinaires
Lecture des tests d’ovulation

N’hésitez pas à partager cet article si vous l’avez trouvé intéressant. C’est ce qui permettra à FERTISSIME de poursuivre ses travaux et de continuer à publier des articles indépendants 🙂

Que pensez-vous de cet article ?
Si vous voulez que nous puissions continuer à publier des articles indépendants, n'hésitez pas à partager !